image-enfant-qui-se-concentre
Enfant

Difficultés de concentration chez l’enfant : le guide complet

Vous avez constaté que votre enfant a du mal à se concentrer au cours des activités qu’il fait et aimeriez changer cela ? Voici un guide qui non seulement vous aidera à en comprendre les causes, mais qui vous donnera aussi des pistes sur la manière dont vous pourriez aider votre enfant à vaincre son manque de concentration.

Comment reconnaître un enfant souffrant de difficultés de concentration ?

Avant de pouvoir guérir un mal, il est très important d’avoir quelques connaissances de base sur ce dernier. Ainsi, avant de pouvoir aider votre enfant à se concentrer, il vous faut maîtriser quelques notions à propos du sujet. Du coup :

Qu’est-ce que la concentration ?

Se concentrer, c’est mettre toute son attention sur quelque chose. C’est se focaliser sur une activité que l’on fait ou sur une action que l’on est en train de réaliser. Ainsi, la concentration est l’aptitude d’un individu à pouvoir porter son attention pendant un long moment sur quelque chose. En le faisant, aucune distraction telle que le bruit fait autour, les appels téléphoniques et autres ne peuvent empêcher l’individu d’atteindre son objectif.

Le fait de ne pas pouvoir faire cela signifie que l’individu dont il est question présente des difficultés ou des troubles de concentration. Cet individu ne peut s’empêcher de se laisser distraire par n’importe qui et n’importe quoi. En faisant par exemple une activité, une personne qui a des difficultés à se concentrer ne peut s’empêcher de regarder les voitures ou les gens qui passent s’il se trouve près d’un chemin. Le fait d’avoir des troubles de concentration peut même faire qu’un cuisinier rate son plat et ainsi de suite. Le simple fait d’avoir tout le temps des pensées qui envahissent l’esprit au même moment que l’on conduit par exemple, distrait le conducteur. Notez que ces difficultés de concentration peuvent être causées par différentes choses.

Pour finir, notez que les troubles de la concentration peuvent être permanentes et constantes, comme ils peuvent être juste éphémères. Tout dépend des causes qui auraient provoqués cela chez un individu.

Les difficultés de concentration peuvent-elles atteindre un enfant ?

 Nombreux sont ceux qui se demandent si les troubles de la concentration sont uniquement constatés chez les adultes. Eh bien, la réponse est non. En effet, toute personne, quel que soit son âge peut à un moment ou à un autre, avoir du mal à se concentrer sur ceci ou cela.  Que ce soit un enfant à bas âge ou un adolescent, ou sénior et ainsi de suite, les troubles de la concentration peuvent survenir. Aussi, il faut savoir que ces troubles peuvent apparaître et partir à tout moment.

De plus, le trouble de concentration n’est pas une pathologie qui suit l’individu toute sa vie. Quelqu’un qui en souffre pendant qu’il est enfant peut ne pas en souffrir à l’âge adulte et le fait d’en souffrir pendant que l’on est adulte ne veut pas forcément dire que c’est parce qu’on l’a raté étant enfant que l’on fait une sorte de rattrapage.

Si une chose est de comprendre ce que veut dire avoir un trouble de concentration, une autre est de pouvoir le détecter chez un individu, surtout chez l’enfant.  A ce propos, plusieurs informations sont données. Mais comment savoir véritablement s’il s’agit effectivement des difficultés de concentration ? Voici quelques notions qui pourraient vous aider en tant que parents.

Quels sont les symptômes des difficultés de concentration chez les enfants ?

Les symptômes qui annoncent les troubles de la concentration chez un enfant sont nombreux et varient de l’un à l’autre. Cependant, la finalité est la même puisque ce dernier ne finit jamais ce qu’il a commencé, et il est souvent en retard par rapport aux autres. Ainsi, pour reconnaître un enfant qui présente des troubles dans la concentration, il suffit de regarder son comportement à l’école, à la maison et dans la vie en général.

  • Lorsqu’une fois rentré de l’école, vous constatez sur une longue durée que votre enfant ne finit pratiquement jamais de recopier ses cours, ou qu’il n’arrive pas à finir ses exercices, ou à dire ou même à résumer ce que la maîtresse ou le maître lui a appris à l’école, il est probable qu’il ne suit rien quand il est en classe.
  • Lorsqu’en classe, un enfant ne reste pas tranquille lors des leçons, qu’il ne fait que regarder par la fenêtre ou est préoccupé à faire autre chose (dessiner, dormir, chercher querelle à ses camarades et etc.) pendant les heures de cours, alors il a probablement des troubles de concentration.
  • Lorsqu’un enfant n’arrive pas à vous suivre ne serait-ce que pendant 5 minutes lors d’une conversation, ou qu’il est souvent agité ou a une mauvaise mémoire, c’est-à-dire qu’il n’arrive pas à garder grandes choses, ou qu’il s’ennuie très vite lors des différentes activités, alors il doit certainement avoir des troubles de la concentration.

En gros, le fait d’être tout le temps distrait, d’être facilement attiré par autre chose pendant qu’il est en train d’en faire une autre, de ne faire que les choses à moitié ou de ne pas réussir à bien faire les choses très faciles en temps normal, de n’être pas capable d’attendre pour écouter minutieusement les consignes, d’oublier les choses, constituent des attitudes qui devraient mettre la puce à l’oreille des parents par rapport au fait que leur enfant commence par avoir des difficultés à se concentrer. Plus vite donc ils réagissent, plus vite aussi l’enfant peut être aidé. La détection de ces symptômes chez les enfants demande donc une attention particulière des parents. Parfois, certains de ces comportements peuvent ressembler à des crises de caprices que font les enfants. Il faut donc du discernement pour pouvoir conclure qu’il s’agit effectivement des troubles de concentration chez l’enfant.

Qui et quand consulter si mon enfant souffre de difficultés de concentration ?

Comme mentionné plus haut, les difficultés de concentration chez l’enfant comme chez l’adulte peuvent être passagères. Du coup, il peut arriver qu’à cause de l’état de santé de l’enfant, il n’arrive pas à se concentrer sur ses devoirs ou par rapport à certaines activités qu’il fait. Lorsque c’est le cas, pas besoin de s’inquiéter par rapport à cette crise de trouble de la concentration. Une fois que l’enfant retrouve sa forme, tout devrait rentrer dans l’ordre. Cependant, si même après son rétablissement, vous constatez que les symptômes sont persistants et que cela a une durée de plus d’un mois, ou au moins de 3 semaines, alors il faut penser amener l’enfant chez un professionnel de ces troubles afin de l’aider.

Les médecins généralistes sont des professionnels vers qui l’enfant concerné peut être amené pour une consultation. En fonction des symptômes et du diagnostic que ces derniers feront, vous pourriez être plus situé. Lorsque ces derniers jugent le cas un peu plus poussé, ils peuvent vous orienter vers d’autres spécialistes tels que : des neurologues, des orthophonistes, des psychométriciens et même vers des psychologues. Tout dépendra en fait des potentielles causes soupçonnées et du stade qu’ont atteint ces troubles de concentration.

Les causes des difficultés de concentration

Contrairement à ce que plusieurs peuvent penser, le manque ou les difficultés que l’on éprouve à pouvoir se concentrer ne sont pas toujours le résultat de caprices et de fatigue du corps, surtout chez les enfants. Il faut parfois poussé un peu plus loin pour mieux cerner le problème qui engendre ce manque d’attention ou de concentration. Plus vite les causes sont donc connues, moins l’impact de ces troubles se fera sentir sur les études académiques, ainsi que les relations humaines des enfants atteints.

Ainsi après recherches, les causes qui peuvent justifier les difficultés de concentration chez les enfants sont en grands nombres. Cependant, il y en a qui sont le plus souvent relevés, et il s’agit de :

Le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH)

Le TDAH est un manque ou une insuffisance criarde d’attention. Ceci s’explique par le fait que l’enfant qui en souffre a tout le temps besoin de changer ou de varier fréquemment d’ambiance ou d’environnement. Aussi, le TDAH s’explique par le fait qu’un enfant puisse être très impulsif et etc. Notez que vous serez confronté à deux différentes formes de TDAH au nombre desquels, il y a :

  • Le TDAH avec hyperactivité qui se constate par le fait que l’enfant dont il est question a du mal à rester tranquille ou calme.
  • Le TDAH  sans hyperactivité qui quant à lui se constate par le fait que l’enfant n’écoute pratiquement pas ce qu’on lui dit. Lorsqu’il a du mal à rester attentif ne serait-ce que pour 5 minutes, alors on peut conclure que ce dernier souffre du TDAH sans hyperactivité.

Mais pour mieux comprendre ce concept de TDAH avec ou sans hyperactivité, il faut commencer par comprendre la notion de l’hyperactivité.

Qu’est-ce que l’hyperactivité ?

L’hyperactivité est le comportement d’un individu qui fait que ce dernier n’arrive pas à rester calme. Ce dernier a du mal à gérer le stress ainsi que toute sorte d’émotions qui l’anime. L’hyperactivité est tout ce qui rend un individu impulsif, agité continuellement. Un enfant hyperactif se déplace beaucoup, cours et aime souvent perturber les autres.

D’après certaines études, ce comportement est constaté au niveau de près de 6% des enfants en bas âge et scolarisé en France. Dans une classe d’école, il n’est donc pas rare de voir deux enfants qui soient hyperactifs. Une persistance de cette hyperactivité chez l’enfant peut vite devenir une situation très angoissante et énervante dans le quotidien. Il va falloir de la patience pour gérer un enfant qui n’écoute pas souvent les consignes des parents ou qui semble avoir un comportement rebelle. Et ceci peut aussi provoquer un sentiment d’incompréhension par les parents chez l’enfant, ce qui ne tarde pas de faire naitre l’anxiété chez lui.

Quelles sont les conséquences du TDAH sur la concentration de l’enfant ?

Comme vous l’auriez compris, le TDAH perturbe sérieusement la concentration d’un enfant. Si ce dernier est stressé il est normal donc qu’il ne puisse pas porter toute son attention sur ce qu’il fait.

Certains pensent que le TDAH a des conséquences sur l’intelligence d’un enfant. Ceci n’est pas le cas. Ce n’est pas parce que ce dernier n’a pas de bonne note en classe que son intelligence est touchée. Ses rendements sont affectés à cause du fait qu’il ne se concentre pas comme il le faut en classe. Du coup, il a du mal à réussir par exemple aux examens. Il faut donc comprendre que le TDAH a des conséquences sur l’apprentissage d’un enfant ; pas sur son intelligence.

Une autre conséquence du TDAH que l’on relève est sur la santé émotionnelle et physique d’un enfant qui en souffre. Et ceci se remarque par :

1-      La fatigue

Quand un adulte est fatigué, il a du mal à bien réfléchir. Vous imaginez donc ce que cela sera chez un enfant. Non seulement il aura du mal à suivre comme il faut les cours, mais il aura également du mal à faire ses exercices. Etre fatigué, c’est manqué d’énergie pour faire ce qu’il faut.

Un enfant fatigué peut très vite devenir grognon, râleur et etc. Arrivé à ce stade, rien de ce que le parent ou des enseignants fera n’aura d’effet sur l’enfant. La seule solution, c’est donc de le laisser se reposer. Mais qu’est-ce qui peut causer la fatigue chez l’enfant ?

Les raisons qui puissent justifier la fatigue chez un enfant sont en nombre. Parmi les plus connus, il y a : le manque de sommeil, un quotidien trop actif, une hygiène de vie sans qualité, ainsi que les soucis de santé. Et là il faut aller consulter un médecin.

2-      L’anxiété et l’émotivité

Un enfant qui n’est pas gaie, joyeux aura forcément du mal à rester concentré sur une activité. Un sentiment de tristesse ne peut permettre de se focaliser pendant longtemps. Ceci va faire que l’enfant soit présent de corps mais pas d’esprit.

Un souci à la maison (incompréhension entre les parents, frères et sœurs, et etc.) peut facilement traumatiser un enfant et affecter ses émotions. Le fait de devoir quitter par exemple ses amis à cause d’un déménagement ou le fait de perdre un être cher sont des causes d’un état d’anxiété et d’émotivité chez un enfant.

Le fait de se sentir inférieur par rapport à ses camarades suffit aussi pour changer l’état d’âme d’un enfant et causer des troubles de concentration chez lui.

Un problème de compréhension des consignes

Par moments, le fait de ne pas bien cerner ce qu’impliquent les consignes des exercices fait que l’on n’arrive pas à se concentrer. Il faut comprendre le sens d’une consigne pour réfléchir et trouver la réponse. Si déjà dès le départ il y a un souci, le processus de concentration sera forcément bloqué, d’où une non concentration de l’enfant. A défaut donc de rester à ne rien faire, l’enfant pense à autre chose comme des jeux, des activités à faire, et etc.

Ainsi, une mal compréhension des exercices à faire peut pousser l’enfant à avoir des difficultés de concentration. Il redirigera donc son attention ailleurs, ce qui va sans aucun doute se refléter sur ses résultats de fin et les parents concluront que leur enfant a des difficultés dans son apprentissage.

Un manque de motivation

La motivation est un vrai élément booster pour atteindre un objectif fixé. Sans motivation, il est difficile de toujours avoir le courage et la patience qu’il faut pour obtenir un certain résultat. Si un enfant n’a donc pas de motivation en tant que tel, il ne trouvera pas un intérêt à rester concentré et obtenir de bons résultats dans ses études.

C’est peut-être anodin, mais le fait de n’avoir aucune motivation est l’une des causes les plus importantes du trouble de la concentration chez l’enfant, et même chez un adulte. Il existe donc une relation importante entre la concentration et la motivation. Ces deux notions sont indispensables et complémentaires pour un apprentissage de l’enfant. Un enfant motivé, donnera tout. Il est sera capable d’ignorer même les distractions quand il le faut. Il ne cherchera plus des arguments ou des excuses pour esquiver les devoirs de maison ou toutes autres demandes des parents.

Avec toutes ces analyses, nous pensons à Sequoia Education que la motivation a une place première dans le processus d’apprentissage d’un enfant. Dans le cas où vous voudriez apprendre à motiver d’avantage vos enfants, un guide est disponible à ce propos.

Les solutions : comment apprendre à se concentrer ?

Il n’est pas impossible d’amener un enfant à rester concentrer quand bien même qu’il ait des troubles ou des difficultés de concentration. Il suffit juste d’avoir les bonnes astuces et de ne pas forcer, c’est-à-dire y aller peu à peu, et le résultat sera parfait. Il faut également savoir que les enfants ne sont pas pareils. Garder cela à l’esprit peut vous aider en tant que parent à faire ce qu’il faut.  En effet, ce qui a causé les troubles de concentration chez un enfant A peut ne pas être la même chose chez un enfant B. Arriver donc à bien localiser ce qui est la cause des difficultés de concentration qu’éprouvent son enfant aide à trouver la méthode adéquate qu’il lui faut pour en guérir . Ainsi, voici une liste de solutions adaptées à chaque type de cause des difficultés de la concentration.

Cas n°1 : la concentration est réduite à cause du TDAH

Le TDAH est une cause réelle des difficultés de concentration chez un enfant. Pour donc réduire ces difficultés, voir les faire disparaître complètement, il faut adopter des méthodes particulières telles que :

  • La division ou la répartition des grandes tâches en petites activités : rappelez-vous que le TDAH a tendance à rendre un enfant agité et ne tenant pas en place. Pour donc l’aider à se concentrer, il est conseillé de réduire par exemple le temps d’apprentissage des leçons. S’il devait prendre 15 minutes pour apprendre ses leçons, répartissez la leçon en 3 sections ; ce qui fera qu’il apprendra peu à peu. Il prendra 5 minutes pour apprendre une partie, et s’occuper par exemple à autre chose pour 3 minutes. Revenir apprendre la deuxième partie et ainsi de suite. Cette méthode peut être fatigante pour les parents, mais efficace pour amener l’enfant à apprendre en totalité ses leçons ; donc pour avoir de bons résultats.
  • La préparation psychologique en avance de l’enfant : pour aider un enfant qui a du mal à se concentrer à cause de son hyperactivité, il faut lui faire comprendre à l’avance qu’il aura à faire ci ou ça. Ainsi, dans sa tête il se prépare et sais que sans avoir fini de le faire, il n’aura pas le droit de faire autre chose. Il faut donc éviter de le prendre par surprise pour faire ses devoirs ou ranger sa chambre et ainsi de suite. Si en rentrant de l’école, vous le prévenez qu’à telle heure, il aura à faire tel ou telle chose, alors il pourra mieux faire cette chose sans avoir à être distrait. A défaut de cela, promettez-lui qu’à la fin, il pourra jouer ou faire ce qu’il voudra. Ceci donnera à l’enfant un certain but, ce qui l’amènera à faire ce qu’il faut et comme il le faut.
  • La préparation d’un environnement propice : un enfant qui souffre du TDAH a tendance à vite se laisser distraire par le bruit ou toute autre chose. Du coup, pour l’aider à se concentrer, il faut veiller à ce qu’il travaille par exemple dans une ambiance calme ; éliminant ainsi d’avance, toute sorte de distraction qui pourrait gêner.
  • L’utilisation d’un bureau rangé : pour faire un exercice par exemple, il faut que le bureau sur lequel l’enfant doit travailler soit assez bin rangé. A cause du TDAH, il ne faut pas beaucoup pour le déconcentrer. Du coup, il vaut mieux ranger le bureau et débarrasser tous les objets qui pourraient distraire. Qu’il n’y ait sur le bureau que le strict nécessaire (son cahier, ses livres et un stylo). Tous les autres accessoires qui ne sont pas nécessaire pour que les devoirs soient faits ne doivent pas être présents sur la table de bureau. Si c’est possible, il faut même lui remettre un stylo sans bouchon.
  • Faire un planning à respecter rigoureusement : pour aider un enfant qui souffre des troubles de concentration à cause du TDAH, il faut lui créer une certaine habitude. Par exemple, il faut amener l’enfant à faire ses devoirs de maison à une même heure chaque jour. Vous pourriez aussi faire pareille pour les autres activités de la journée. Vous pourriez décider que tous les jours de  17h à 18h il a le droit de prendre son goûter et que de 18h à 19h, il joue et ainsi de suite.
  • La mise à profit son énergie : pour aider un enfant qui est hyperactif à se concentrer, il faut parfois faire preuve de créativité. En effet, pourquoi ne pas créer un challenge pendant qu’il récite ses leçons. Vu qu’un enfant pareil aime bouger, vous pourriez lui demander de réciter ses cours en montant les escaliers ou en faisant le tour de la maison et ainsi de suite. Il suffit simplement de trouver le moyen juste pour exploiter cette énergie qu’il a en excès pour son avantage.
  • L’usage de la formation Sequoia Education : cette formation amène les enfants à faire leurs exercices dans un environnement ludique. L’enfant ne voit donc pas le côté studieux des exercices, mais le côté jeu. Du coup, il est intéressé et veut aller jusqu’au bout.

Cas n°2 : la fatigue ou l’émotion affecte la concentration

Lorsque ce sont les émotions et les conditions sanitaires qui influent sur la concentration de l’enfant, le meilleur moyen de l’aider est de tout faire pour qu’il soit émotionnellement épanoui et qu’il soit en bonne santé physique. Pour y arriver vous pourriez :

  • L’amener à avoir un sommeil de qualité : le fait de ne pas bien dormir conduit souvent à un état de fatigue après le réveil, ce qui va jouer sur l’individu toute la journée que ce soit au bureau, à l’école et etc. Pour permettre donc à votre enfant de rester en forme dans la journée, assurez-vous qu’il dorme dans les conditions qu’il faut et ceci pendant le temps nécessaire. La nuit, qu’il fasse au moins 8 heures de sommeil, et en journée il faut qu’il fasse sa sieste.
  • Mettre de la rigueur par rapport à l’utilisation des écrans : rester trop devant les écrans (tablette de jeu, télévision, et etc.) fatigue les yeux et perturbe le sommeil, ce qui crée un état de fatigue constante.
  • Faire suivre une alimentation saine à l’enfant : apprendre à l’enfant à manger équilibré et sainement est important pour sa santé physique.
  • Avoir des moments de discussion avec l’enfant : prendre le temps de souvent discuter avec son enfant lui fait un bien énorme, surtout sur son mental et ses émotions. Il se sent aimé, considéré et tout. Et avoir cet état d’esprit l’aide à donner le meilleur en se concentrant à l’école et autre.
  • Organiser des séances d’exercice physique : ne pas négliger le sport est important pour avoir une bonne santé physique.

Cas n°3 : le manque de motivation mène à des difficultés de concentration

 Il y a plusieurs manières de motiver son enfant. En voici donc 4 :

  • Encourager les petites réussites
  • Mettre en exergue les qualités de l’enfant
  • Utiliser les méthodes ludiques pour l’enseigner
  • Aller petit à petit sans brusquer l’enfant

Vous pourriez découvrir plus de méthode en prenant contact à l’adresse raphael@sequoia-education.com .

Cas n°4 : le manque de compréhension des consignes, source de problèmes de concentration

A cause du fait que l’enfant ne comprenne pas la consigne, il aura du mal à se concentrer sur l’exercice. Il faut donc l’aider à mieux comprendre. Pour cela, vous pourriez utiliser le Parcours Lecture de Sequoia Education.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

56 − = 47

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.